Jacques Charlier exposera à la Galerie Hervé Bize, à Nancy, à la rentrée prochaine avec sa série de Fentes au cutter sur toiles pré-peintes.

Vernissage jeudi 20 septembre de 18h à 20h

Rencontre avec l’artiste jeudi 27 septembre à 18h30

Une fente en entraîne une autre

On peut facilement fendre l’air, l’eau, la foule mais plus difficilement l’âme et le coeur. Par contre on peut aussi se fendre d’un petit mot d’excuse pour s’en être pris à un élément fendu que l’on retrouve dans chaque foire d’art au détour d’une allée, sur un coin de cimaise.

Cette habitude de souvent ponctuer l’espace des foires par une ou deux fentes sur toile, est une vieille tradition d’accrochage qui révèle un sens caché.

Celui de nous rappeler que l’Art qu’on aime et qu’un déteste, nous propose toujours de couper la poire en deux.

Un morceau pour ceux qui se fendent pour avoir une fente au mur, l’autre pour ceux qui se fendent la poire de ceux qui aiment les fentes.

A slash leads to another

We can easily split the air, the water, the crowd, but with even greater ease the soule and the heart. On the other hand we can also shell out for little word of apology to have criticized a splash element the we find in each art fair at the bend of an aisle, on a corner wall.

This practice of often punctuating the space with on or two slashes on canvas, is an old tradition of hanging that reveals a hidden meaning.

The one to remind us that the Art we love or hate, always suggests to split the difference.

A piece for those who pay to have a slash on the wall, the other for those who laugh at those who love slashes.

Sergio Bonati

Share

Série de toiles fendues avec cutter

No comments

You can be the first one to leave a comment.

Laisser un commentaire